sud ouest du jour

Aller en bas

sud ouest du jour

Message  Admin le Sam 20 Juin - 8:51

Les chats maigres sont morts de faim

http://www.sudouest.com/typo3temp/pics/6be17f52b3.jpg

Les lignes avants morcenaises (ici face à Tartas) ont fait souffrir leurs vis-à-vis. (photo loïc dequier)
Incroyable ! Avec 56 points inscrits en deux rencontres, les Morcenais sont aux anges. Après avoir laminé les Ariégeois de Castelnau-Montratier en huitième, les Camistes ont avalé Laval en quart. Et les voilà en demi.

Pas à pas, les hommes de Stéphane Gouzy et Pierre Barsacq grignotent leurs adversaires pour se rapprocher d'un rêve fixé du bout des lèvres après le titre de Côte d'Argent. Scénario parfait d'un parcours ambitieux, Morcenx ne cache plus son intention d'aller au bout. « Maintenant, c'est carrément notre objectif », avait clamé haut et fort, dimanche dernier, le capitaine, l'Ex-Montois Julien Bandeira à l'issue du succès élogieux face aux Mayennais.

Après avoir ramé pendant deux ans et reconstruit une équipe tant au niveau quantitatif que qualitatif, le CAM est en passe d'accomplir une saison 2008-2009 en apothéose. La montée dans l'élite territoriale de Côte d'Argent, ils la voulaient. C'est fait. Au terme de la phase qualificative et pour finaliser une année rugbystique au demeurant parfaite, le titre de première série, ils l'espéraient. C'est aussi une réalité. Sans compter le Challenge des Trois-Tours, le titre des juniors et des réservistes, le rugby morcenais surfe sur la vague des succès.

Gavé de trophées, le club du président Patrick Castandet savoure dans une boulimie étonnante une année exceptionnelle. Des résultats qui honorent le rugby landais dans une ville où l'aventure morcenaise en championnat de France est de toutes les conversations. À tel point que dans ce fief d'ovalie, les supporters se mobilisent à la passion.

Une mobilisation motivante

Malgré les fêtes, ils seront encore plusieurs centaines à prendre la direction de Monein, lieu de la demi-finale nationale contre Castelnau-en-Madiran, champion Armagnac -Bigorre.

Une forte mobilisation qui sensibilise et motive au possible le quinze camiste. « Ça bouge beaucoup à Morcenx, se réjouit l'un des coaches, Pierre Barsacq. Des papis nous félicitent. De plus en plus de gens reviennent pour nous encourager après nos deux années de galère. Il faut dire qu'avec Stéphane Gouzy, on a tout fait pour redonner du plaisir aux supporters. Nous avons récupéré 23 joueurs et rebâti quelque chose de solide. On a été critiqué et qualifié à tort d'équipe de mercenaire. Qu'importe, on avait besoin de renforts ».

Pierre Barsacq est fier d'avoir formé un groupe soudé, très lié et outre la partie sportive, d'avoir travaillé sur l'entraide à tel point que les recrues « ils (les joueurs) en ont fait des frères dans la vie et sur le terrain ». « On entretient ce truc-là. C'est un groupe de copains exceptionnel », ajoute l'entraîneur.

Comme à la belle époque

Dimanche, face à Castelnau, « une équipe de guerriers » parrainée par l'ancien international Philippe Dintrans, Morcenx s'attend à un gros combat devant. « Si l'on se réfère aux matches précédents, prévient Pierre Barsacq, nos adversaires ont gagné en marquant sur des groupés pénétrants. C'est leur force ». Mais le CAM a de quoi répondre. Sans aucun blessé, les avants se présenteront au complet. Et puis, s'annonce un retour plus vite que prévu, celui de l'arrière Rémi Jeanin sérieusement touché (fracture du plancher orbital) contre Tartas. « Il va mieux et veut à tout prix reprendre. C'est un atout énorme », reconnaît l'ancien Camiste qui jouait au temps de la belle époque. Celle de la bande à Dorfling. « On nous appelait les chats maigres, dit-il. Aujourd'hui, c'est un peu pareil, on joue et on jouera contre Castelnau comme des chats maigres. On n'a pas de gros gabarits mais ce sont des morts de faim ».

Collectif impressionnant

Si les Morcenais ne sont pas arrivés en demi-finale par le fait du hasard, « 500 clubs au départ (épreuves territoriales de 1e série des comités confondues) et 4 actuellement », depuis le championnat de France, le CAM s'est adapté à toutes les situations avec, en mémoire, le match contre Tartas en référence. « Nous n'avons pas joué un seul match de la même façon grâce à un collectif impressionnant qui gère et fait face à tous les dangers. Mais on commence à sentir la fatigue. C'est notre 36e match de l'année. Heureusement, nous avons une chance terrible de posséder 60 licenciés avec un banc de qualité qui, à regret, nous oblige à faire des choix. Si on pouvait en mettre 30 sur la feuille de match... Mais, avec Stéphane Gouzy, on a fait comprendre aux joueurs qu'une saison ne se gagne pas à 22 et que si titre il y a, c'est à tous qu'il revient ».

Pour cette demi-finale, les Morcenais ont une telle envie qu'ils ne veulent rien lâcher. « Ce sera dur, imagine Pierre Barsacq. Nous avons préparé les joueurs pour qu'ils puissent vivre leur rêve et quoiqu'il arrive, ne pas avoir de regrets, sortir la tête haute. Mais je le répète, on va défendre notre maillot comme des chats maigres ».

Auteur : Francis Nin
avatar
Admin
Admin

Messages : 346
Date d'inscription : 27/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://allezmorcenx.forumdefan.com

Revenir en haut Aller en bas

article la dépèche 1/4

Message  Admin le Sam 20 Juin - 9:27

Vignerons" en quart



Toute la détermination des Castelnauviens. Photo C. L.19 à 3 au repos en faveur des Castelnauviens, 0 à 11 dans le second temps, ces deux chiffres pourraient résumer la configuration du match. Et pourtant, les vainqueurs de Marciac attaquaient la rencontre à cent à l'heure en lançant des attaques tous azimuts, négligeant le combat des packs pour envoyer tout derrière, et c'est vrai qu'à ce niveau, ils étaient pas mal. Mal leur en pris pourtant, car sur une pénalité jouée à la main, David Taran interceptait et 50 mètres plus loin inaugurait le score. Avec la transformation de Jérôme Ferburghi, ça donnait tout de suite de l'aise.

Et ce d'autant plus qu'au quart d'heure, les fameux groupés pénétrants castelnauviens se mettaient en route : le premier derrière une touche n'était pas le bon, le second après une touche non plus, mais la pénalité jouée à la main aussitôt après était féconde avec avancée dans l'axe et essai pour Guillaume Mengelle.

ça n'était pas terminé et l'on changeait de style pour le troisième : cette fois-ci Patrice Arroyo jouait dans le fermé d'une mêlée et donnait directement à Arnaud Dutour qui, en bon spécialiste, prenait son couloir et débordait. Au bout, il repiquait à l'intérieur où il trouvait son arrière Laurent Cassou le plus prompt pour aplatir. Pendant ce temps, les adversaires, toujours aussi joueurs, se contentaient d'une pénalité de trois points.

Ce qu'on ne savait pas à la mi-temps, c'est que les gars d'André Puyau et Daniel Etchalus avaient marqué tous leurs points, les 19 de la victoire. Et allaient se laisser grignoter leur avance par une équipe qui ne changeait pas d'un pouce sa façon de jouer : témoin en est leur essai de débordement et en surnombre où se trouvait pour conclure en bout de ligne leur troisième ligne. En plus, les « vignerons » se mettaient à commettre des fautes donnant six points qui auraient pu coûter cher au décompte final. Les dix dernières minutes étaient un rien angoissantes, mais la défense impeccable, un autre point fort des Castelnauviens, devaient tenir jusqu'au bout.

Castelnau-en-Madiranais 19

Sauveterre-de-Béarn 14

À Lons. MT : 19-3.

Arbitre : Marc Maestri (Béarn).

Pour Castelnau : 3 E de Taran (5e), Mengelle (14e), Cassou (32e) ; 2 T de Ferburghi.

Pour Sauveterre : 1 E de Gressémy (69e) ; 3 P (17e, 44e, 49e) de Soubat.

Cartons jaunes : à Castelnau, Uhart (46e), P. Arroyo (64e).

Sauveterre : Torderières ; Sonouilh, Kanstoman, Lombard (cap.), Graspémy ; (o) Soubat, (m) Minvielle ; Gressemy, Fourcade, Hourcade ; Pagarolay, Henri ; Lombard, Maisangue, Hourcade. Remplaçants : Jubeau, Supervielle, Dulau, Casteran, Bergès, Iénas. Entraîneurs : Daniel Supervielle, Cyril Cazaux.

Castelnau-en-Madiranais : Cassou ; Dutour, Caubet, Artus, Taran ; (o) Ferburghi, (m) P. Arroyo ; Latrille (cap.), L. Bertranne, Mengelle ; Turon, Fontan ; Soufflet, J.-M. Arroyo, Cochiola. Remplaçants : S. Elbouayardi, J. Bertranne, Uhart, Carpy, Fontagnère, A. Elbouayadi, Bonaty. Entraîneurs : Daniel Etchalus, André Puyau.

Ils ont dit

Daniel Etchalus, coentraîneur : « On a les moyens de tuer le match, même en seconde mi-temps, mais on se noie sur deux mauvais lancers en touche. Après, au lieu de tenter la pénalité, il fallait taper en touche et enclencher une cocotte. En première mi-temps, on respecte les schémas et ça paye. Après, on se disperse et on se fait peur. »

André Puyau, coentraîneur : « Baisse de régime en seconde mi-temps, je ne sais pas. Mais on joue tout de même à quatorze et le rendement est moindre, avec un second carton très sévère. Mais ça passe, on a quelqu'un qui nous pousse, on joue pour lui, pour sa femme et sa fille, pour David. »
avatar
Admin
Admin

Messages : 346
Date d'inscription : 27/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://allezmorcenx.forumdefan.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum